Pourquoi devrais-je me syndiquer ? Améliorez votre situation

Divers

Nouveaux dirigeants à la Centrale des syndicats démocratiques

Réunies lors du 24e Congrès biennal de la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), les personnes déléguées des syndicats affiliés à la Centrale ont élu, vendredi dernier, Kaven Bissonnette à la vice-présidence et Patrick Cyr au poste de trésorier, qui a été élu par acclamation. Restent en poste, Luc Vachon, à la présidence et Jean-Claude Dufresne au secrétariat.

Le nouveau vice-président était, à ce jour, conseiller syndical à la négociation et, en tant qu’avocat, a gagné plusieurs causes pour la Centrale, notamment celles touchant les familles d’accueil et les ressources à l’adulte. En plus de son baccalauréat en droit, Kaven Bissonnette est aussi diplômé en relations industrielles. Il milite pour les droits des travailleuses et des travailleurs depuis une vingtaine d’années pour la Centrale. Sorelois d’adoption, il a un grand attachement à cette ville en raison de sa culture syndicale et ouvrière. Il succède à Martin L’Abbée, qui assumait la vice-présidence depuis les quatre dernières années.

Patrick Cyr, aussi conseiller syndical jusqu’à son élection, succède à Serge Tremblay, qui a annoncé sa retraite après 28 années à la trésorerie. Le nouveau trésorier milite aussi pour la CSD depuis près de 20 ans. Il a gravi les échelons syndicaux en étant, au tout début de sa carrière, délégué syndical de soir dès sa probation puis, trois mois après le début de son implication, président de son syndicat. Depuis, il a développé une grande expertise dans le secteur de la construction étant d’abord impliqué comme coordonnateur régional pour les sections de Québec, Chaudière-Appalaches et Bas-st-Laurent – Gaspésie pour ensuite devenir Coordonnateur national et Responsable de la mobilisation pour la CSD Construction.

À propos de la CSD

La CSD regroupe quelque 300 syndicats dans de nombreux secteurs d’activités et elle est l’une des quatre centrales syndicales que compte le Québec. Fondée en 1972, elle se distingue par son approche humaniste, basée sur le respect, la primauté de la personne et la démocratie.