Pourquoi devrais-je me syndiquer ? Améliorez votre situation

Communiqués / Divers

COVID-19 : La CSD demande au gouvernement fédéral d’élargir l’accès pour les travailleurs aux programmes de soutien économique

La Centrale des syndicats démocratiques (CSD) juge déplorable que l’admissibilité à la Prestation canadienne d’urgence (PCU) reste floue et restrictive, et que des prestataires d’assurance-emploi risquent d’être pénalisés dans le contexte actuel. Répondant à l’invitation au public de Justin Trudeau lors de son point de presse du mardi 7 avril pour proposer des bonifications aux soutiens accordés aux travailleurs, la CSD demande au gouvernement fédéral d’élargir les critères d’admissibilité de la PCU et de revoir certaines dispositions de l’assurance‑emploi pour que personne ne fasse les frais de la pandémie.

Les demandes de la CSD
La Centrale revendique trois mesures que le gouvernement fédéral doit adopter rapidement pour bonifier le soutien économique offert aux travailleurs :

  1. Que les critères d’admissibilité de la PCU soient clarifiés et élargis pour que personne n’en soit exclu ;
  2. Que la durée de la période de prestations de l’assurance-emploi soit prolongée du nombre de semaines que durera la période de confinement ;
  3. Que le nombre d’heures travaillées nécessaires en 2020 pour avoir droit à l’assurance‑emploi soit réduit.

Élargir l’accès à la PCU
La PCU est présentement conçue pour n’être accordée qu’aux personnes qui ont perdu totalement leur revenu en raison de la pandémie à partir du 15 mars. Bien que cela paraisse simple, il demeure plusieurs zones floues et un grand nombre de travailleurs se demandent toujours s’ils sont admissibles ou non à la PCU. Parmi ceux-ci, on retrouve :

  • Les travailleurs saisonniers qui arrivent à la fin de leurs prestations d’assurance-emploi et qui ne sont pas rappelés au travail ;
  • Les travailleurs qui ont perdu leur emploi avant le 15 mars, mais qui ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi ;
  • Les travailleurs dont leur revenu a été réduit, mais qui continuent de travailler ;
  • Les travailleurs qui doivent rester à la maison pour s’occuper d’un proche malade ou de leur enfant.

« Ces exclusions sont autant arbitraires qu’injustes, s’insurge Luc Vachon, président de la CSD. Il faut mettre fin rapidement à toute cette insécurité et nous demandons au gouvernement fédéral de clarifier l’admissibilité à la PCU et de l’élargir afin que tous ceux qui ont perdu des revenus ou qui ne peuvent en gagner à cause de la pandémie puissent en bénéficier. »

Assouplir les dispositions de l’assurance-emploi
Pour les personnes qui reçoivent actuellement des prestations d’assurance-emploi, il serait injuste que ces dernières s’écoulent dans un contexte où il est presque impossible de trouver un emploi. De plus, plusieurs sont inquiets de ne pas travailler suffisamment d’heures au cours des prochains mois pour avoir droit à l’assurance-emploi à l’automne prochain.

« La situation actuelle de pandémie est bien particulière et des ajustements à l’assurance‑emploi sont nécessaires pour bien tenir compte des circonstances que vivent et vivront les travailleurs, explique Luc Vachon. Il ne faut pas que les paramètres actuels de l’assurance-emploi pénalisent les chômeurs en contexte de manque d’emploi. »