Pourquoi devrais-je me syndiquer ? Améliorez votre situation

Le fureteur CSD – Vol. 16 – n°1 – Page 8 – 34ème Assemblée plénière

Hommage à Serge Tremblay, un homme d’exception
Par Jacqueline De Bruycker

Serge Tremblay

Engagement, ténacité, empathie, probité, sens du devoir et des responsabilités, c’est en ces termes que le président de la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), François Vaudreuil a décrit Serge Tremblay  à l’occasion de son hommage pour ses 25 années comme trésorier de la centrale.

« Malgré ses éclats de voix parfois tonitruants, Serge Tremblay est, avant tout, un homme d’écoute, de compassion, un homme de cœur », a-t-il ajouté n’hésitant pas à dire que « croiser sa route, ça a été pour moi une des plus belles choses qui me soient arrivées au cours de ma vie. Pourtant, nous sommes deux êtres complétement différents, mais ce qui nous a rapprochés et a cimenté notre collaboration, c’est que nous étions habités par la même passion, celle de faire vivre le projet CSD et de le faire connaître, de le partager avec toujours plus de femmes et d’hommes. »

Un militant de longue date

L’engagement de Serge Tremblay à la CSD remonte au tournant des années 1970 alors que travaileur de la construction, il a été délégué de chantier, trésorier du Syndicat des travailleurs de la construction du Québec pour la région de Montréal et militant à la syndicalisation. Suivant les traces de son père, Ernest Tremblay, il devient, en 1981, conseiller syndical à la CSD. Il est d’abord affecté au secteur de la construction, puis au soutien à la vie syndicale et à la syndicalisation dans la région de Montréal et, à partir de 1985, dans la région Richelieu-Yamaska, des responsabilités qu’il cumule avec celles de coordonnateur régional.

En 1991, il se présente au poste de trésorier de la centrale et est élu, succédant à Jeannot Picard. Il se joint ainsi aux membres du bureau syndical, élus en 1989, soit Claude Gingras, président, François Vaudreuil, vice-président et Robert Légaré, secrétaire.
« Ensemble, au cours de toutes ces années, nous avons connu de grandes joies, mais aussi de cruelles déceptions. Nous avons eu de nombreuses discussions, des échanges parfois enflammés, nous n’avons pas toujours été d’accord, nous avons dû, l’un comme l’autre, faire des concessions. Mais en regardant le chemin que nous avons parcouru côte à côte, j’ai la profonde conviction que, si je n’avais pas connu Serge, je ne serais pas aujourd’hui ce que je suis et j’espère que c’est la même chose pour lui », de faire remarquer François Vaudreuil.

Juin 1991 : Serge Tremblay attendant les résultats du vote Juin 1991: Serge Tremblay attendant les
résultats du vote, quelques instants avant
qu’ils ne soient rendus publics.
L’éxécutif de 1991: François Vaudreuil, Claude Gingras, Serge Tremblay et Robert Légaré.

L’éxécutif de 1991: François Vaudreuil, Claude Gingras, Serge Tremblay et Robert Légaré.

 

Les finances au service de la solidarité

Les responsabilités que Serge Tremblay assume aujourd’hui comme trésorier sont énormes, écrasantes. Le mandat est emballant, mais combien exigeant. « Travailler avec des chiffres, jongler avec les pertes et les surplus auraient pu en faire un bureaucrate, mais c’est mal connaître Serge, pour qui l’être humain a toujours été au coeur de ses préoccupations, au coeur de ses actions », a-t-il souligné.

En 1998, dans un article publié dans La BASE, Serge Tremblay abondait dans le même sens. « Le rôle d’un trésorier est, d’une part, de faire en sorte que le projet syndical élaboré par les travailleuses et les travailleurs puisse se réaliser et, d’autre part, d’épauler les syndicats afin qu’ils puissent démocratiquement atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés », rappelant que la gestion des finances est subordonnée au pacte de solidarité qui lie entre eux tous les membres, toutes les instances de la CSD. Ou, selon la formule qu’il aime utiliser:

« rendre financièrement possible ce qui est syndicalement souhaitable ».

« Après avoir participé, pendant près de 40 ans, au développement de la centrale, après y avoir investi tant d’énergies, tant d’années, parfois au prix de lourds sacrifices, il mérite aujourd’hui que nous rendions hommage au trésorier bien sûr, mais surtout à l’homme » a conclu François Vaudreuil. C’est par une ovation debout que les délégués ont à leur tour exprimé à Serge Tremblay, visiblement ému, leur reconnaissance pour avoir été là toutes ces années, contribuant de façon exceptionnelle à faire de la CSD ce qu’elle est aujourd’hui. ◼