Pourquoi devrais-je me syndiquer ? Améliorez votre situation

Nos valeurs

CSD

La démocratisation de l’action syndicale selon François Vaudreuil

Au congrès extraordinaire de juin 2012, le président de la CSD, François Vaudreuil, a rappelé aux délégués que nous étions tous héritiers et dépositaires d’un projet syndical à la fois audacieux, inspirant, exaltant, mais aussi des plus exigeants.

  • Audacieux parce que, depuis la fondation de la Centrale, il a pour ambition de porter à un très haut niveau la démocratisation de l’action syndicale et des milieux de travail.
  • Inspirant parce qu’il repose essentiellement sur des valeurs démocratiques et humanistes comme la primauté de la personne, la justice sociale, l’égalité, la solidarité, la reconnaissance de la liberté individuelle dans l’expression de choix politique, religieux et moral, l’autonomie des syndicats affiliés, etc. qui s’opposent à toute forme de domination, de sujétion, d’intolérance, d’individualisme.
  • Exaltant parce qu’il a permis l’émergence au Québec d’un nouveau courant syndical, qui a eu un impact déterminant sur la façon de concevoir et de vivre l’action syndicale et qui, parce qu’il s’éloignait des sentiers battus et du conformisme qui sclérosait les relations du travail, a débouché sur un modèle différent et innovateur. De ce fait, il a généré et génère toujours dans les milieux de travail et dans la société des changements significatifs, qui ont contribué au cours des quatre dernières décennies à améliorer la vie de milliers de personnes en leur permettant de vivre dans la dignité, le respect et d’être plus heureuses.

Mais s’il est audacieux, inspirant et exaltant, le projet CSD est tout aussi exigeant, parce qu’il présuppose, et c’est le choix que les fondateurs ont fait en 1972, que les personnes qui y adhèrent sont suffisamment intelligentes et responsable pour développer l’autonomie qui leur est nécessaire pour assumer la prise en charge de leur devenir.

La vitalité du projet de démocratisation repose essentiellement sur l’implication, l’engagement du plus grand nombre possible de femmes et d’hommes, membres de syndicats affiliés. C’est une autre exigence fondamentale de toute démocratie syndicale