Pourquoi devrais-je me syndiquer ? Améliorez votre situation

Ici, on milite / Nouvelles

Décès de Rodrigue Chartier : l’hommage des médias à ce monument du syndicalisme

Rodrigue Chartier, un pilier du syndicalisme, s’éteint

Yvan Provancher – La Tribune

La Une de La Tribune du 15 novembre.

La Une de La Tribune du 15 novembre.

ASBESTOS — Un monument du syndicalisme à Asbestos s’est éteint mardi dernier à l’âge de 66 ans, suite à une longue maladie. Rodrigue Chartier a durant une trentaine d’années, assumé la présidence du Syndicat national de l’amiante, un parcours semé de nombreux défis relevés pour soutenir les luttes des travailleurs de l’amiante.

« Son état de santé déclinait visiblement depuis les deux dernières années. Il livrait un combat inégal avec la maladie. C’est une grosse perte pour le syndicat chez nous et pour le syndicalisme en général. Son expérience n’a pas d’égal, ne pourra être remplacé, nous devrons y succéder au mieux de notre capacité » a commenté Marcel Bachand, le nouveau président du Syndicat national de l’amiante.

« L’homme était énormément dévoué à améliorer les conditions de travail, les avantages des travailleurs miniers de la mine Jeffrey. Il était accueillant, toujours disponible, cherchant continuellement à trouver et mettre de l’avant des solutions aux problèmes vécus par les travailleurs. Si le ton était parfois élevé, il n’était pas pour autant fâché, vivant sans rancune, le coeur sur la main. Sans gêne, il frappait aux bonnes portes pour régler les problématiques, ce positivement. Le syndicaliste avait des idées bien arrêtées, bien articulées et étoffées. Il nous fallait avoir des arguments très solides pour ébranler ses convictions ».

Natif de Princeville, dès l’âge de 2 mois, il se retrouve avec sa famille à Asbestos. En 1967, il entre comme journalier à la mine d’amiante. La piqûre du syndicalisme ne se fait pas attendre, il devient vice-président de son syndicat durant les années 1977 – 1978. C’est en 1983 qu’il est nommé président du Syndicat national de l’amiante.

Faisant face à des conditions économiques pour ses travailleurs miniers en 1984, il travaille avec acharnement avec son mentor syndical, Jeannot Picard, à obtenir le projet de Loi C-172 permettant aux travailleurs plus âgés en ancienneté de céder la place aux plus jeunes tout en recevant de l’assurance emploi jusqu’à l’âge de 65 ans, une longue démarche à l’intérieure de laquelle, il y laissera sa santé de l’avis de plusieurs.

En 1992, i l collabore à la mise en place de la Coopérative des travailleurs de Mine Jeffrey qui avait acquis une participation dans la propriété de la mine d’amiante qui comptait alors environ 900 travailleurs. Suite à la fermeture obligée de la mine d’amiante, le militant a passé ces dernières années à rechercher des moyens d’obtenir des indemnisations pour les travailleurs touchés, son dernier combat syndical.

Sur Ici Radio-Canada Première, Estrie

La journaliste Annie Corriveau, de Radio-Canada Estrie, a livré un émouvant reportage en hommage à Rodrigue Chartier.

À écouter : Cliquez pour accéder directement à la console d’écoute du reportage.

Le reportage d’Annie Corriveau a été ensuite été repris au TJ de Radio-Canada Estrie :

Topo sur Rodrigue Chartier au TJ Estrie.

Topo sur Rodrigue Chartier au TJ Estrie.

Pour voir le reportage, cliquez ici et ensuite déplacez le curseur à 12 : 21.