Pourquoi devrais-je me syndiquer ? Améliorez votre situation

À la Une! / Communiqués

Bonne nouvelle pour le Syndicat des salariés des résidences privées (Section Bujold Lefebvre), affilié à la CSD !

Le mercredi 10 février dernier, les membres du Syndicat des salariés des résidences privées (Section Bujold Lefebvre), affilié à la CSD, ont entériné, à 100 %, l’entente de principe intervenue entre leurs représentants syndicaux et l’employeur.

L’enjeu majeur concernait les salaires. Dans ce secteur d’activité, le salaire horaire moyen se situe à 13,00 $  et ce, même si un salarié possède plus de dix années de service. Grâce à cette négociation, les salariés actuellement en emploi comme ceux qui seront engagés par après verront le salaire du titre d’emploi augmenter en avril de chaque année.

De plus, à la date anniversaire de leur embauche, ils bénéficieront d’une autre augmentation salariale, établie selon leurs années de service. Les salariés actuellement en emploi bénéficieront donc, lors de la première année de la convention, d’une augmentation se situant entre 6 % et 14 %. Pour les années suivantes, une augmentation approximative de 3,5 % sera versée à chaque salarié.

À l’échéance de la convention collective de travail, qui sera d’une durée de trois ans, le salaire horaire moyen sera de 15,00 $.

Les autres gains :

  • Tous les détenteurs de postes avec un horaire à temps plein obtiendront une garantie de huit heures de travail par jour;
  • Amélioration du nombre de jours de libération syndicale, l’employeur assumera 100 % des salaires de deux représentants syndicaux sans remboursement du syndicat;
  • Amélioration des congés pour cause de décès;
  • Augmentation de la prime de soir et de nuit.

Du côté patronal, on désirait améliorer la structure de remplacement du personnel. À ce sujet, le syndicat a répondu favorablement à la demande en négociant une procédure de remplacement très satisfaisante pour ses membres.

Ce fut une négociation collective empreinte de transparence et basée sur les intérêts de tous.